Le haut de gamme entre en scène

save_the_date

La quatrième édition du K-Walk atteindra son apothéose demain 1er décembre au Hilton Hôtel. Evénement de prestige et de glamour, il mettra en lumière, selon les normes internationales en la matière, les créations de la marque Kreyann, signées Anna Ngann Yonn. Autour d'elle, pour ce défilé annoncé exceptionnel, deux créateurs de luxe africains : Sheria Ngowi de Tanzanie et Maxhosa by Laduma d'Afrique du Sud. Parmi les invités, il y a par ailleurs la Top Model Noémie Lenoir, les artistes Lynsha, Slaï et le coiffeur professionnel Eric Alexis Rosso, ambassadeur Mizani.Tous sont déjà à Yaoundé à l'exception des deux designers qui arrivent ce soir (jeudi 30 novembre).

Pause mode avec les invités du K-Walk

Ce matin, la presse et les critiques de mode ont été conviés à la pause-mode, une tradition au K-Walk. Le thème tournait toujours autour du dévéloppement de ce secteur en Afrique. Mais cette année, l'angle a été axé sur : "Quand l'Afrique inspire". Au regard de l'engouement des grandes maisons de luxe à reprendre des coupes de l'identié vestimentaire africaine, est-il possible de voir la mode en Afrique véritabement décoller? Les échanges ont été intéressants. Ce que l'on retient, c'est que la mode est inspirante, à ces acteurs de mieux la valoriser, aux consomateurs d'être fiers et de l'adopter.

Les critiques de mode locaux avec des confrères venant de l'étranger. Vous reconnaissez bien Ayden...

Demain, il serait en effet plus interessant de passer de la parole aux actes en passant des commandes auprès des trois designers qui porteront leur travail au regard du public sélect de la soirée prestige. 1000 invités dont 300 Vip sont attendus au Hilton à partir de 19h. Pour connaître encore le contours de l'évenement, j'ai donné la parole à Anna Ngann Yonn, la fondatrice du K-Walk qui réunit tout ce beau monde.

G-Laurentine E. Assiga

 

INTERVIEW

 Anna Ngann Yonn, fondatrice du K-Walk

"Nous nous attelons à cultiver un esprit positif : proud cameroonian"

Anna_ok

Bonjour et merci Anna de nous accorder cet entretien. Voilà, plus qu’un jour et la quatrième édition du K-Walk se tiendra à Yaoundé le 2 décembre. Dites-nous, où en sont les préparatifs ?

Bonjour, les préparatifs pour le K-WALK2017 avancent bien.

Vous avez habitué le public à découvrir d’autres créateurs étrangers pendant cet évènement, serait-ce toujours le cas pendant cette édition 2017 ? Peut-on avoir leurs noms ?

Il est effectivement de tradition que le K-WALK, en plus de la marque KREYANN, présente au public du Cameroun des créateurs étrangers d’origine africaine ou d’ailleurs, mais qui s’inspirent, entre autres, de la culture africaine pour produire une mode et des collections haut de gamme.

Quelles sont les innovations ?

Lors de l’édition 2015, nous avions comme partenaire une marque/ GUERLAIN, appartenant au groupe LVMH, numéro1 du luxe dans le monde, qui a prodigué une formation gratuite à 10 make-up artistes camerounais. Formation dont ils ont pu mettre les enseignements en pratique en maquillant les mannequins pour le défilé du K-WALK. Il s’agit de valoriser les métiers de la mode, susciter de nouvelles vocations et surtout en faire des activités génératrices de revenus. 

Cette année nous avons parmi nos partenaires, le premier groupe mondial de cosmétique. Le groupe L’OREAL, à travers sa marque de produits de luxe pour la coiffure MIZANI, qui dispensera une formation gratuite aux coiffeurs. Il faut préciser que le groupe L’OREAL n’est pas encore présent en Afrique Centrale et K-WALK a réussi à l’intéresser au potentiel du Cameroun et de notre sous-région.

La réprésentante du Hub Afrique de L'Oréal est bien làde_L_Oreal

En 2015, vous nous confiez dans une interview que vous ne pouvez pas prédire si le K-Walk deviendrait un événement pérenne. Avec cette quatrième édition, doit-on comprendre que c’est désormais le cas ? C’est un rendez-vous à noter dans son agenda tous les deux ans ?

L’existence de K-WALK dépend uniquement de ses sponsors et des dizaines de bénévoles derrière ce projet. Ce sont les maillons essentiels de la chaîne. La préparation d’un évènement comme celui-là nous mobilise pendant au moins une année entière, en plus de nos activités quotidiennes. Il est difficile de faire des prédictions sur le long terme…

En 2015, la Première Dame, Chantal Biya, vous a honoré de sa présence pendant la clôture de l’événement. Vous sembliez sur un petit nuage. Pouvez-vous revenir sur ce moment pour nos lecteurs. Comment vous êtes-vous sentie ? (Rires) Qui ne se sentirait pas sur un nuage à la place de toute l’équipe du K-WALK ? La présence de la Première Dame, a été d’un soutien inestimable. En plus de notre travail, le soutien de Madame Chantal Biya nous a donné une crédibilité certaine auprès de nos partenaires locaux et internationaux mais surtout au sein même de l’équipe K-WALK où nous nous attelons à cultiver un esprit positif : proud cameroonian. Elle a eu un message extrêmement motivant lorsqu’elle nous a reçus au Palais de l’Unité.  

La Firts Lady camerounaise, Chantal Biya, était présente en 2015

Lors de la dernière édition, vous avez présenté une collection qui est sortie de vos couleurs habituelles. Cette année, pousserez-vous encore l’audace créatrice plus loin ? Un défilé de mode est l’occasion de  montrer une certaine fantaisie dans la créativité, c’est vrai que je suis sortie de ma gamme de couleurs habituelles en 2015. Pour cette année…on verra (rires)

Malgré des événements comme le vôtre, la mode camerounaise tarde toujours à véritablement décoller. Localement, elle n’est pas assez consommée. A l’international, elle n’a pas encore trouvé une place. Selon vous, qu’est-ce qui lui manque ? Que faut-il déployer comme stratégie ?

Je pense très sincèrement que le décollage de la mode camerounaise passe obligatoirement par la formation et une formation de qualité aux métiers de la mode. Cette formation doit être proposée comme une vraie orientation scolaire et surtout, il faut reconnaître la mode comme un vrai vecteur de développement et la percevoir par-dessus tout comme une vraie activité génératrice de revenus.

Anna Ngann Yonn sur le T en 2015

Dans une interview qu’il nous a accordée, Alphadi, fondateur du Fima, a estimé que seules une mutualisation des efforts et une implication des politiques pouvaient sortir la mode africaine de l’ornière. Partagez-vous cet avis ?  

Je pense qu’il a raison, et par rapport à ce que j’ai dit précédemment sur l’orientation scolaire, personne n’est mieux placé que l’Etat pour valoriser la filière mode et couture, en terme de formation. L'initiative privée existe mais ne suffit pas…

Dans un autre entretien, vous parliez également de formation des jeunes qui est un point essentiel… 

Oui…je ne rate aucune occasion pour parler de l’importance de la formation et surtout une formation de qualité en couture. La plupart des gens y vont par dépit après un échec scolaire et les centres de formations aux Cameroun sont peu qualifiés et mal équipés. Une bonne formation en couture coûte cher et tout le monde n’a pas les moyens de se l’offrir…  

Dans vos perspectives, pensez-vous limiter le K-Walk uniquement au Cameroun ? Ne songez-vous pas à la délocaliser dans d’autres pays ou au cours de grands évènements comme le festival international du film de Cannes ? 

Cette question revient très souvent parmi celles qui me sont posées et la proposition nous a été faite de le délocaliser dans un autre pays d’Afrique ou en France… La genèse du K-WALK vient de ce que je souhaitais voir au Cameroun et faire vivre au Camerounais un défilé de mode aux normes internationales et réalisé dans les règles de l’art comme ceux auxquels j’ai eu l’occasion de participer. L’évènement est très bien accueilli par les Camerounais et très sincèrement peut-on être mieux ailleurs ? Honnêtement, je ne pense pas…

Merci Anna, nous sommes arrivées au terme de cet entretien. Avez-vous encore un dernier mot à l’endroit de nos lecteurs ?  

Venez vivre l’expérience K-WALK, ne vous la faites pas raconter…

Propos recueillis par G-Laurentine E. Assiga

 

Clichés

Je vous propose d'admirer la finesse de Kreyann à travers nos coups de coeur de sa collection K-Walk 2015...

1

4

6

2

3

5