On rêve des jours heureux

Esprit positif, pour de meilleurs succès!

Depuis des générations, le rituel est quasi le même. A l’approche des derniers jours de l’année, on dresse un bilan. Un coup d’œil sur le rétroviseur où l’on voit défiler les bons et les mauvais moments. Chez certains, les zones basses pèsent sur la balance. Pour d’autres, c’est l’inverse. Toujours est-il que chacun voudrait savourer le bonheur. Une promotion professionnelle, une ascension sociale, la reconnaissance de ses prouesses, un mariage, une naissance, la réussite scolaire des enfants, etc. sont autant d’éléments auxquels tout individu aspire.

Je scrute les étoiles pour vous chers followers

A partir du bilan que l’on dresse, on se recadre également pour la nouvelle année. Histoire de rectifier le tir. Gommer les erreurs. Voici donc 2018. Avec son lot d’espoir et de désillusion aussi. La mort frappera peut-être encore. La maladie sera notre meilleure amie. On goûtera certainement à la mesquinerie, au cynisme, à la lâcheté, à l’égoïsme des gens.

Un faisceau de lumière sur moi à Anjuna Beach... (Monaco)

Toutefois, sans avoir la science infuse, l’on se plaît quand même à rêver. Rêver à un monde meilleur. Un monde sans injustice, sans frustration, sans délation, sans cruauté, sans méchanceté, sans guerre, sans ingratitude, sans escroquerie, sans hypocrisie, sans fourberie… Quoique le chanteur français Florian Peppuy  estime que c’est une douce utopie. Car, tant qu’il y a la vie, il y a la mort. La Sagesse nous enseigne, en effet, que le Bien et le Mal se côtoieront toujours jusqu’à la «Grande Moisson». Ainsi, les résolutions nées de bonnes intentions peuvent s’entretenir dans ces pensées d’Albert Einstein : «Apprenez d’hier, vivez d’aujourd’hui et espérez pour demain (…) Faites toujours ce qui est droit. Cela va satisfaire les uns et étonner les autres». La positive attitude doit rester de mise. N’y a-t-il pas un temps pour tout ?

Nos statistiques! Merci de me suivre!!!

Je prends la résolution de vous servir toujours un contenu alléchant, plein d’exclusivités et de croustillants. Vous avez été 18.500 à me suivre  en 2017.  Une année palpitante à vos côtés chers followers. Une aventure excitante au cours de laquelle, les prouesses des hommes et femmes d’ici et d’ailleurs ont été mises en lumière. Mises en lumière pour servir de source d’inspiration à la postérité. Des success stories qui ont permis de rêver… en couleurs.

L'une de mes belles rencontres en 2017: Jean Paul Gaultier, célèbre créateur français

Une autre rencontre inoubliable, c'est celle avec Julie Gayet

La vie est belle à Monaco

En vous souhaitant le meilleur pour les prochaines 52 semaines, je vous dis : "restons toujours connectés… !" Bonne année 2018 !

G-Laurentine E. ASSIGA